• Animaux domestiques - M

    *M*

    Liste : mouton ;


    Mouton<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

     

    Généralités :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nom : Mouton (un)

    Embranchement : Chordés

    Sous-embranchement : Vertébrés

    Classe : Mammifères

    Sous- classe : Thériens

    Infra-classe : Placentaires

    Ordre : Artiodactyles

    Famille : Bovidés

    Sous-famille : Caprinés<o:p></o:p>

    Genre : Ovis

    Taille : Leur longueur atteint 1,50 m en moyenne (tête et corps), mais leur queue est courte.

    Poids : Peut atteindre, suivant les espèces jusqu’à 100 kg voir plus.

    Nourriture : Le mouton est herbivore et se nourrit d’herbe.

    Milieux : On le trouve dans presque tous les pays.

    Sens : Bonne vue, ouïe fine, et excellent odorat. 

    Reproduction : Le mouton se reproduit une fois par an et peut avoir facilement deux petits, parfois trois pour les races les plus prolifiques.

    Temps de gestation : Une gestation d’environ cent cinquante jours<o:p></o:p>

    Durée de vie : Les moutons peuvent vivre jusqu’à vingt ans.

    Cri : Le mouton bêle.

    Autre : Le mouton passe beaucoup de temps à brouter en marchant. Son estomac de ruminant est divisé en quatre poches dont la plus volumineuse est nommée la panse. Elle stocke l’herbe et assure par fermentation une première décomposition de la cellulose en produits assimilables. Pendant le repos du mouton ce bol alimentaire est régurgité puis lentement remastiqué. Le fruit de cette mastication reprendra le chemin de l’œsophage, transitera par le bonnet et le feuillet pour atteindre la caillette où commencera la véritable attaque par le suc gastrique. Cette digestion spécifique aux ruminant explique leur propension au repos couché.

    <o:p> </o:p>

    1- Présentation<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mouton, mammifère herbivore domestique ruminant, doté de cornes creuses et caractérisé par un très fort instinct grégaire. Le mouton est l’animal domestique le plus largement distribué.

    <o:p> </o:p>

    Le mouton a probablement été domestiqué il y a près de 9 000 ans, dans une région qui correspond à l’actuel nord de l’Irak. On pense qu’il est étroitement apparenté au mouflon européen (qui vit en Corse et en Sardaigne), bien que des indices récents suggèrent que des espèces comme le mouflon oriental ont pu contribuer à la formation de certaines races modernes.

    <o:p> </o:p>

    Les moutons ont un museau long, assez étroit, et des oreilles pointues. Dans la nature, ces animaux sont des coureurs et des grimpeurs agiles.

    <o:p> </o:p>

    Les moutons fournissent des peaux et de la laine pour l’habillement et les tapis, de la viande, du lait destiné à la boisson et à la fabrication de fromages (en particulier, en France, le roquefort). Ils sont utilisés de manière limitée comme animaux de bât. Plus de 800 races de moutons domestiques ont été développées, qui sont adaptées à des environnements allant du désert aux tropiques.

    <o:p> </o:p>

    2- Races à laine et à viande<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les moutons élevés pour leur laine représentent près de la moitié de la population ovine mondiale. Ils sont adaptés à des climats semi-arides, se caractérisent par leur taille moyenne et par leur capacité à produire de grandes quantités de fibres de laine. La plupart des moutons de ce type, que l’on trouve en abondance en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Amérique du Sud, appartiennent à la race mérinos, originaire des régions méditerranéennes. Cette race a été modifiée et adaptée aux conditions des différents pays, et les sous-types portent habituellement le nom de mérinos combiné avec celui de leur pays d’adoption, par exemple, le mérinos d’Australie. Le rambouillet, similaire au mérinos, représente la seconde race de mouton à laine fine.

    <o:p> </o:p>

    Les moutons de boucherie, qui comprennent des races à laine longue et mi-longue, sont élevés avant tout pour leur viande. Ils représentent environ 15% de la population ovine mondiale. Parmi les races à laine mi-longue figurent le suffolk, le hampshire, le shropshire, le southdown, le dorset, l’île-de-france, le cheviot et l’oxford ; les races à laine longue, les plus grandes de toutes, comprennent le leicester, le lincoln, le cotswold et le romney marsh. Certaines espèces domestiques, dépourvues de laine et couvertes de poils, ce qui leur vaut le nom de moutons poilus, sont élevées pour leur viande dans les régions tropicales. Parmi les races de ce type, on trouve le barbade à ventre noir, le persan à tête noire et le peliquey.

    <o:p> </o:p>

    De nombreux essais ont été réalisés pour obtenir de meilleures caractéristiques lainières et des qualités supérieures de production de viande. Ils ont conduit au développement de plusieurs nouvelles races : le corriedale (mérinos-leicester-lincoln), le columbia (rambouillet-lincoln), le targhee (rambouillet-lincoln), le romeldale (romney marsh-rambouillet-corriedale) et le polworth (mérinos-lincoln).

    <o:p> </o:p>

    3- Autres types de moutons<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Deux races se distinguent : les moutons à queue grasse élevés pour le lait de leurs brebis et les moutons à queue courte utilisés dans des expériences de croisement.

    <o:p> </o:p>

    Les moutons à queue grasse peuvent stocker de grandes quantités de graisse dans la queue et la région de la croupe. On les élève essentiellement pour leur capacité laitière (supérieure à celle des autres types), leur laine, grossière et longue, servant surtout à la confection de tapis. Ils vivent principalement dans les régions arides d’Afrique, du Proche-Orient et d’Asie. Ils représentent environ 25% de la population ovine mondiale. Les races principales sont l’awassi, le bakhtiari, le karakul et le karamon.

    <o:p> </o:p>

    Les moutons à queue courte vivent principalement en Scandinavie. Ils représentent environ 3% de la population ovine mondiale et se caractérisent par des taux de reproduction élevés. À l’heure actuelle, on les utilise expérimentalement, et en quantité limitée, pour des croisements, avant tout pour accroître le nombre d’agneaux nés par femelle fécondée.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :