• Animaux mythiques - B

    *B*

    Liste : basilic ; béhémoth ;


    Basilic<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    1- Présentation<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Basilic, animal légendaire mi-reptile mi-coq, à l’haleine et au regard mortels.

    <o:p> </o:p>

    2- Légende<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    L’origine de la légende du basilic, qui prend naissance dans l’Antiquité, n’est pas clairement établie, mais son image se précise au Moyen Âge. Le basilic est un monstre terrifiant, bien qu’il soit, selon Pline l’Ancien (v. 23-79 apr. J.-C.), d’assez petite taille : son regard tue dans l’instant quiconque le croise et son souffle, capable de réduire en cendres même les pierres, est également mortel. Il naît d’un œuf rond pondu par un vieux coq âgé de sept ou quatorze ans, et couvé dans du fumier par un crapaud ou une grenouille. La seule façon de le vaincre est de lui présenter un miroir, de façon à lui renvoyer son propre regard.

    <o:p> </o:p>

    3- Représentation et symbolique <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Au Moyen Âge, le basilic est représenté comme un serpent avec des ailes et parfois un bec de coq, ou bien comme un coq avec une queue de dragon ; il est souvent couronné (basilic vient du grec basiliskos signifiant « petit roi »). On le trouve dans des enluminures de manuscrits et sur quelques blasons.

    <o:p> </o:p>

    Le basilic incarne le destin contraire face auquel on ne peut rien, les dangers mortels de l’existence, mais aussi le pouvoir arbitraire, particulièrement la monarchie absolue. Dans la symbolique judéo-chrétienne, il représente, en raison de sa conception contre nature, la luxure et le chaos.


    Béhémoth<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    1- Présentation<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le Béhémoth est présenté dans le Livre de Job (livre de l’Ancien Testament) comme la Bête, la force animale que l'homme ne peut domestiquer. Dans la religion juive, il est le symbole du démon et du mal. Son apparence est imprécise, les uns en font un taureau énorme, les autres un hippopotame ou un rhinocéros. Dans un livre apocryphe* d'Énoch (nom de trois personnages, dont deux sont des patriarches de la Bible), Béhémoth est un mâle, et sa compagne est le Léviathan, Dieu s'étant repenti de les avoir créés.

    *apocryphe : texte d'inspiration biblique qui n'est pas reconnu conforme par l'Église catholique.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    L'origine mythique du Béhémoth, comme celle du Léviathan, autre monstre de la création originelle, pourrait se trouver dans les légendes babyloniennes où ils représentent les deux monstres marins primordiaux du chaos originel, respectivement nommé Apsû et Tiamat. Le Béhémoth perdra, au seuil de l'ère chrétienne, ses attributs marins et deviendra un monstre terrestre. Il est dit que les deux monstres, apparus au cinquième jour de la Création, seront servis en nourriture aux justes au grand banquet après la fin des temps.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :