• Mammifères terrestre - E

    *E*

    Liste : échidné ; écureuil ; éléphant ;


    Echidné<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

     

    Généralités :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nom : Echidné (un)

    Embranchement : Chordés

    Classe : Mammifères

    Ordre : Monotrèmes

    Famille : Tachyglossidés

    Genre : Différent selon les échnidés à nez court (Tachyglossus : 1 espèce et les Zaglossus : 2 espèces)

    Taille : L'échidné d'Australie mesure entre 35 et 53 cm de long, sans compter la courte queue, l'échidné a longue trompe, qui vit en Nouvelle-Guinée, possède une longue trompe incurvée et atteint 75 cm de long.

    Poids : 3 à 10 kg selon les espèces.

    Nourriture : Toutes sortes d’insectes mais surtout les fourmis et les termites.

    Milieux : On retrouve l'échidné en Océanie. Principalement en Australie et en Nouvelle-Guinée et en Tasmanie. Il fréquente des région très variées : forêt, savane, montagne etc. Son terrier se situe sous les racines d'arbres, de plantes.

    Défense : leurs griffes.<o:p></o:p>

    Sens : l’odorat.<o:p></o:p>

    Reproduction : L'accouplement a lieu une fois par an. Après une gestation de 9 à 27 jours, la femelle pond un œuf, rarement deux. Elle place alors l'œuf dans un repli de peau de l'abdomen en forme de poche, où il éclôt après 10 à 11 jours environ.

    Temps de gestation : de 9 à 27 jours

    Temps d’incubation : 10 à 11 jours après la ponte.<o:p></o:p>

    Durée de vie :

    Petit : Nu à la naissance, le petit  reste dans la poche de sa mère jusqu'à l'âge de 55 jours (âge où il pourra marcher) et tête sa mère.

    Autre : Ils vivent en solitaire et sont en voie de disparition.

    <o:p> </o:p>

    1- Présentation<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Échidné, mammifère ovipare vivant en Australie ou en Nouvelle-Guinée, couvert de piquants et se nourrissant d'insectes.

    <o:p> </o:p>

    L'échidné d'Australie a un large corps monté sur des pattes courtes et puissantes. Les pattes portent des griffes qui permettent à l'animal de creuser rapidement les sols durs. Le dos est couvert d'épines raides mêlées de poils longs et grossiers. La tête est petite et le nez se prolonge en une trompe fine. La bouche édentée possède une langue extensible et gluante qui permet d'attraper des fourmis, des termites et autres petits insectes Une sous-espèce un peu plus grande de l'échidné vit en Tasmanie. Dans les endroits où les fourmis et les termites sont abondants, les petits échidnés sont des animaux domestiques utiles ; ils vivent longtemps et, malgré leur aspect plutôt rêche, sont d'un naturel doux.


    Ecureuil<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

     

    Généralités :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nom : Ecureuil (un)

    Embranchement : Chordés

    Sous-embranchement : Vertébrés

    Classe : Mammifères

    Sous- classe : Thériens

    Infra-classe : Placentaires

    Ordre : Rongeurs

    Famille : Sciuridés

    Genre : Scirius

    Taille : La taille des écureuils varie de 13 cm (écureuils pygmées d'Afrique) à 90 cm (écureuils géants d'Asie).

    Poids : L’écureuil roux pèse au maximum 350 grammes.

    Nourriture : La nourriture de l'écureuil varie selon l'espèce et selon les saisons : Au printemps, il mange des bourgeons, des fleurs, mais aussi des insectes, limaces voire quelques oisillons ; en été il se nourrit surtout de fruits ; « n automne il mange et accumule des graines notamment de conifères, des noix, des noisettes ou des glands, dont il se constitue des réserves pour l'hiver, soit en les enfouissant dans le sol, soit en les stockant dans des trous d'arbres ou des nids abandonnés. Il peut aussi s'attaquer à l'écorce des arbres quand il ne trouve plus assez de nourriture ou en période de sécheresse. Là où ils peuvent en trouver, certaines espèces sont friandes de fructification de champignons souterrains, tels la Truffe du cerf. <o:p></o:p>

    Milieux : On les trouve dans toutes les régions du monde, sauf en Australie. À part les écureuils terrestres, ces animaux vivent principalement dans les arbres.

    Sens : Ces yeux possèdent une profondeur de vision très large qui lui permet d’estimer avec précision les distances. L’écureuil est l’un des rares mammifères à posséder une bonne perception des couleurs. L’écureuil roux possède un odorat très développé grâce à ses longues vibrisses qui décuplent également son sens tactile. Son goût développé lui permet de détecter les saveurs et de choisir sa nourriture.<o:p></o:p>

    Reproduction : La saison des amours démarre au mois de décembre. Ils se rassemblent alors dans les arbres et l’on assiste à des courses poursuites effrénées. Une même femelle est souvent poursuivie par plusieurs mâles. Elle n’est féconde qu’une journée par cycle et s’accouple avec plusieurs mâles durant ce court laps de temps. Il n’y a pas de vie de couple. Chacun repart de son côté après l’accouplement. La femelle prépare rapidement un nid qu’elle tapisse avec de la mousse, des plumes et des poils. La portée varie de deux à huit petits.

    Temps de gestation : La gestation dure 38 jours environ.

    Durée de vie : Il peut vivre plus de 10 ans en captivité.<o:p></o:p>

    Femelle : Pendant la gestation, la femelle est intolérante et ne tolère personne près de son nid. En cas de danger, la femelle saisit entre ses dents un petit par la peau du ventre et les transporte à tour de rôle vers un abri plus sûr.

    Petit : Ils naissent sourds, aveugles et sans poils. Pendant trois semaines, ils sont totalement à la charge de leur mère. Elle les allaite pendant plus de 8 semaines. Vers l’âge de 6 semaines, les jeunes font leur première expédition en forêt. L’émancipation est tardive et la famille peut rester unie pendant 6 mois. A leur indépendance, chaque jeune se met en quête d’un domaine.

    Cri :

    Menaces : La première menace qui pèse sur l'écureuil est la destruction et la fragmentation de son habitat naturel. Les écureuils arboricoles sont souvent victimes de la route dans les forêts fragmentées par ces dernières. Outre les rares écoducs, des « passerelles à écureuil » ont été efficacement testées, qui vont d'une triple corde tressée tendue entre les arbres au-dessus de la route à une passerelle de planchettes fixées entre deux cordes, faisant office de "pont de singes". La pollution peut l'affecter, notamment dans les zones où les champignons sont pollués par des retombées accidentelles ou chroniques de métaux lourds ou les radionucléides de Tchernobyl, car certains écureuils font une grande consommation des fructifications souterraines de ces champignons L'écureuil roux européen se heurte aussi à la concurrence de l'écureuil gris introduit qui tend à le faire disparaître.<o:p></o:p>

    La consanguinité et le risque de dérive génétique sont une menace pour les très petites populations relictuelles.

    Autre : Sur tous les continents, en raison de son mode de vie, il semble jouer des fonctions écosystémiques importantes, notamment en "oubliant" des graines qui germent d'autant mieux, qu'elles sont parfois enterrées par l'écureuil dans des trous où elles sont mises en contact avec des champignons symbiotes. L'écureuil contribuant par ailleurs ainsi à la propagation de ces champignons dont certains ne font que des fructifications souterraines (truffe du cerf par exemple). La queue de l’écureuil sert de contrepoids pour maintenir l’équilibre lorsqu’il saute. Elle lui sert également de parasol ou de cache-nez en cas de mauvaises conditions climatiques. Sa queue lui sert de régulateur thermique. Elle lui tient chaud pour dormir et se transforme en couverture douillette dans laquelle il s’enroule. C’est un véritable radiateur quand il gèle.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    1- Présentation<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Écureuil, rongeur appartenant à la même famille que la marmotte, le chipmunk et le chien de prairie. On compte environ deux cent trente espèces d'écureuils arboricoles et terrestres et quarante trois espèces d'écureuils dits volants.

    <o:p> </o:p>

    Sous les climats assez froids, les écureuils terrestres tombent en hibernation ; les écureuils arboricoles n'hibernent pas.

    <o:p> </o:p>

    L'écureuil roux, le plus répandu en Europe et en Asie septentrionale, est de taille moyenne (18 à 25 cm) avec une longue queue arrondie (18 à 24 cm). Il vit dans les forêts et c'est un animal diurne.

    <o:p> </o:p>

    En Amérique du Nord, l'une des espèces les plus communes et les plus largement distribuées est l'écureuil roux d'Amérique du Nord, que l'on rencontre entre les régions montagneuses du nord des États-Unis et du Canada et la Caroline du Sud. L'écureuil fauve et l'écureuil gris habitent l'est des Grandes Plaines. Ce dernier est un familier des parcs urbains et, depuis son introduction en Grande-Bretagne, a pris la place de l'écureuil roux d'Europe, l'espèce indigène, en beaucoup d'endroits. Une forme similaire, l'écureuil gris de Californie, est répandue dans l'ouest des États-Unis. Enfin, les écureuils terrestres, parmi lesquels le spermophile rayé est une variété commune, peuplent les Grandes Plaines.

    <o:p> </o:p>

    Les écureuils volants sont pourvus d'une membrane reliant, de chaque côté du corps, le cou aux pattes de devant et celles-ci aux membres postérieurs et à la queue ; elle leur permet, quand elle est déployée, de planer d'arbre en arbre. En Afrique, une autre famille de rongeurs comprend des planeurs voisins des écureuils, les anomaluridés.


    Eléphant<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

     

    Généralités :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Nom : Eléphant (un)

    Embranchement : Chordés

    Sous-embranchement : Vertébrés

    Classe : Mammifères

    Sous- classe : Thériens

    Infra-classe : Placentaires

    Ordre : Proboscidiens

    Famille : Eléphantidés

    Genre : Elephas, Loxodonta

    Taille : l’éléphant d’Asie atteint 3 m de haut au garrot, l’éléphant d’Afrique de forêt, 2 m et, l’éléphant d’Afrique de savane, de loin le plus grand et le plus massif, jusqu’à 4 m.

    Poids : Jusqu’à 1,5 t chez l’éléphant de forêt, 5 t chez l’éléphant d’Asie et 7 t chez l’éléphant de savane.

    Nourriture : Les éléphants ont un régime exclusivement herbivore : ils se nourrissent d’herbes, mais aussi de bulbes, de bourgeons, de bambous, de fruits, etc. Ils peuvent consommer, pour les plus gros, jusqu'à 225 kg de végétaux et boire jusqu'à 190 litres d'eau par jour ! Les plus petits ingèrent tout de même quotidiennement quelque 100 kg de produits végétaux. En raison de leurs besoins très importants, les éléphants consacrent environ 20 heures par jour à la recherche de nourriture.

    Milieux : L’éléphant d’Asie vit en Inde et en Asie du Sud-Est. Les deux éléphants d’Afrique vivent en Afrique subsaharienne, l’éléphant de forêt étant limité aux forêts denses tropicales d’Afrique centrale, tandis que l’éléphant de savane se rencontre dans les savanes et les vallées des fleuves (dans le sud et le centre est du continent). Les éléphants sont absents des zones désertiques.

    Défense : L’éléphant utilise ses défenses pour se défendre.

    Sens : Les yeux étant petits, et la tête peu mobile, la vue des éléphants est mauvaise. L’ouïe est meilleure aux basses fréquences, et capable de percevoir des infrasons inaudibles par l’homme. L’organe le plus sensible reste la trompe, qui assure un très bon odorat.

    Reproduction : La femelle atteint sa maturité sexuelle à l'âge de quatorze ou quinze ans. Pour s’accoupler, elle quitte le troupeau avec un mâle (seuls les mâles de position sociale élevée se reproduisent), parfois pendant plusieurs semaines. Après une gestation de 21 à 22 mois, naît habituellement un seul éléphanteau, qui est capable de suivre le groupe au bout de quelques jours à peine.

    Temps de gestation : Une gestation de 21 à 22 mois.<o:p></o:p>

    Durée de vie : La longévité des éléphants, importante, est comparable à celle de l’espèce humaine.

    Femelle : Une femelle met au monde de cinq à douze éléphanteaux au cours de sa vie.

    Petit : Les éléphanteaux sont vulnérables aux attaques des léopards et des tigres, qui figurent parmi les rares prédateurs des éléphants. Les petits tètent leur mère pendant près de cinq ans.

    Menace : La chasse, le trafic de l'ivoire, la désertification et l'expansion des pâturages bovins ont conduit à une diminution considérable des populations d’éléphants. Leur population totale est passée de quelques dizaines de millions d’individus au début du XXe siècle à quelques centaines de milliers aujourd’hui. Des troupeaux prospèrent néanmoins dans certaines réserves d’Afrique, où leur surpâturage cause des dégâts écologiques importants qui menacent beaucoup d'autres espèces. L’éléphant d’Afrique comme celui d’Asie restent toutefois des espèces menacées ; l’Union mondiale pour la conservation de la nature juge qu’ils courent un important danger de disparition à l’état sauvage dans un futur proche.

    Cri : Les éléphants barrissent.

    Autre : Les éléphants présentent une vie émotionnelle complexe que les chercheurs commencent tout juste à élucider. Outre une compréhension de la notion de mort, qui s'accompagne de comportements de deuil, les éléphants fêtent les nouvelles naissances et font montre d'enthousiasme quand ils accueillent des membres de leur famille.

    Jusque très récemment, on considérait qu’il existait deux espèces d’éléphants : l’éléphant d’Asie et l’éléphant d’Afrique, ce dernier étant représenté par deux sous-espèces, l’éléphant de savane et l’éléphant de forêt. Or, selon une analyse génétique menée par une équipe américano-kenyane et publiée en 2001, l’éléphant de savane et celui de forêt appartiennent en fait à deux espèces différentes — ce qui confirme les résultats d’une étude française réalisée en 1999 sur un spécimen d’éléphant de forêt du parc zoologique de Paris. Il existe donc trois espèces d’éléphants, et non plus deux : l’éléphant d’Asie, l’éléphant d’Afrique de savane et l’éléphant d’Afrique de forêt ou éléphant nain. Ce dernier est cependant beaucoup plus proche de l’éléphant de savane que de l’éléphant d’Asie.

    <o:p> </o:p>

    1-Présentation<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Éléphant,  mammifère herbivore grand et massif, pourvu d’une trompe et de défenses en ivoire, et dont il existe trois espèces, deux en Afrique et une en Asie. L’éléphant barrit (ou barète) ; son cri, puissant, est produit par sa trompe, dont il se sert comme d’un instrument à vent. Il est le plus gros mammifère vivant à mode de vie terrestre.

    <o:p></o:p>

     

    2- Anatomie et physiologie<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2.1- Généralités <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les éléphants sont de grands animaux massifs, très lourds, aux pattes en colonne terminées par cinq doigts portant chacun un ongle en forme de sabot, et à la peau épaisse portant de rares poils. Le nez et la lèvre supérieure sont transformés en une longue trompe souple et préhensile, qui fait office de main. Les éléphants sont dépourvus de glandes sudoripares* ; leurs oreilles jouent probablement un rôle important dans la ventilation de leur organisme, du moins pour les éléphants d’Afrique.

    *glandes sudoripares : qui secrète la sueur.

    <o:p> </o:p>

    Les différentes espèces d’éléphants se différencient, entre autres caractéristiques anatomiques, par leur taille. Mais, à l’exception de la taille et de la forme des oreilles (plus arrondies chez l’espèce de forêt que chez l’espèce de savane) et des défenses (plus longues et plus droites chez l’espèce de forêt), l’éléphant de savane et l’éléphant de forêt sont en fait très ressemblants, alors qu’ils se distinguent très nettement de l’éléphant d’Asie. Ainsi, l’éléphant d’Asie a des oreilles plus petites que les éléphants d’Afrique (chez lesquels elles peuvent atteindre jusqu’à 1,5 m de haut !) et une peau moins ridée ; de plus, les défenses ne sont présentes que chez les mâles, alors que chez les éléphants d’Afrique, femelles comme mâles en sont dotés. Par ailleurs, la trompe de l'éléphant d'Asie se termine par un lobe unique, contre deux chez les éléphants d’Afrique.

    <o:p> </o:p>

    2.2-  Trompe <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La trompe, musculeuse et dépourvue de structure osseuse, est la caractéristique la plus typique des éléphants — ce sont des proboscidiens, du grec proboscis, « trompe ». Elle est formée par la lèvre supérieure et le nez, fortement allongés, qui servent à porter à la bouche herbes, feuilles et eau. Organe très souple et puissant, elle sert aussi à émettre des barrissements, à abattre des arbres, à arracher des feuilles et à aspirer la poussière ou l'eau pour les bains. C'est également un organe très sensible, que l'animal dresse afin de détecter les odeurs portées par le vent et de flairer les éventuels dangers ou individus étrangers au groupe. Grâce aux lobes à l'aspect de doigts situés au bout de la trompe et à l'action aspirante des deux narines, les éléphants peuvent ramasser et examiner de petits objets.

    <o:p> </o:p>

    2.3-  Défenses et dents <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les défenses, profondément implantées dans le crâne, sont en fait des incisives supérieures très allongées. Chez les éléphants d’Afrique, elles peuvent être particulièrement longues : le plus grand spécimen récolté, sur un mâle, atteint 3,5 m de long. Les éléphants n'ont que quatre molaires, une de chaque côté des mâchoires inférieure et supérieure. Chaque molaire est une plaque massive d'environ 30 cm de long et 10 cm de large. Quand elles sont usées à force de mastication, elles sont remplacées par d'autres, plus grandes, qui progressent à partir de l'arrière des mâchoires.

    <o:p> </o:p>

    2.4-  Locomotion <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Malgré leur poids conséquent, les éléphants sont capables de se déplacer silencieusement. Ils avancent à grandes enjambées régulières et rythmiques. L’épais coussin de tissu élastique qui couvre le talon permet d’amortir les chocs de leurs pas. Les éléphants marchent à la vitesse de 6 km/h, mais peuvent charger à quelque 40 km/h. Ils ne peuvent pas galoper ou sauter des fossés, mais ils nagent aisément dans les fleuves ou les lacs.

    <o:p> </o:p>

    3- Structure sociale <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les éléphants sont grégaires* et très sensibles aux appels et aux mouvements de leurs congénères. Ils sont organisés en sociétés matriarcales, formant des groupes familiaux de quinze à trente animaux ou plus, composés de femelles et de jeunes menés par une femelle dominante plus ou moins âgée. Les mâles ayant atteint leur maturité sexuelle vivent en solitaires (éléphant d’Asie) ou constituent des troupes temporaires (éléphants d’Afrique).

    *grégaire : qui vit en groupe

    <o:p> </o:p>

    La structure sociale est acquise très tôt dans la vie de l’animal : alors que les jeunes femelles restent auprès de leur mère et des autres femelles de la famille, les jeunes mâles s’éloignent souvent pour aller jouer avec les membres d’un autre groupe.

    <o:p> </o:p>

    4- Communication <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La communication chez les éléphants, nécessaire à la reconnaissance entre individus et à la cohésion des groupes, est complexe. Elle comprend des signaux visuels (mouvements d’oreilles, postures diverses), olfactifs (reconnaissance de l’odeur des différents individus), tactiles (caresses données avec la trompe) et auditifs (barrissements, mais aussi infrasons, émis par les femelles — départ du groupe, appel des jeunes, etc. — et par le mâle comme la femelle à la saison des amours).

    <o:p> </o:p>

    Des recherches ont démontré que les éléphants sont capables de mémoriser les barrissements spécifiques des individus qu’ils rencontrent régulièrement, et ce pendant des années. Une femelle âgée peut ainsi faire la différence entre quelque 150 éléphants différents au seul son de leur voix.

    <o:p> </o:p>

    5- Relations avec l’homme <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    5.1- Domestication<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Si les éléphants d’Afrique n’ont jamais été domestiqués, celui d’Asie est utilisé par l’homme pour le transport et pour effectuer des travaux de force, comme transporter des troncs d’arbre, depuis au moins 4 500 ans (la domestication de l’éléphant d’Asie est avérée en Inde depuis 2500 av. J.-C.). Les éléphants d’Asie ne se reproduisent pas en captivité : les jeunes sont capturés dans la nature, généralement avec l’aide d’éléphants adultes déjà domestiqués. L'éléphanteau capturé est associé à un cornac* qui restera avec lui toute sa vie. Celui-ci le dresse quand il atteint l'âge de quatorze ans et le met aux travaux de force à l'âge de vingt-cinq ans.

    *cornac : personne chargée de conduire et de soigner un éléphant <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    5.2- Symbolique <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    L’éléphant, puissant, massif, intelligent, à la vie sociale développée, tient une place importante dans la symbolique et les mythes d’Afrique et d’Asie. Ainsi, au Cameroun, chez les Bamileke, il symbolise le pouvoir ; en Côte d’Ivoire, pour les Baoulé, il incarne la force, la prospérité, la longévité et la sagesse. En Inde, il est l’attribut de plusieurs dieux : Ganesha, le dieu de la Connaissance, est représenté sous la forme d’un homme à tête d’éléphant, tandis qu’Indra, dieu des Orages et de la Bataille, se déplace généralement à dos d’éléphant. L’éléphant est également associé au personnage de Bouddha : en effet, selon la tradition, sa mère Maya a vu en songe, avant sa conception, descendre en son sein un éléphant blanc. Par ailleurs, un mythe hindou pose le monde sur le dos d’immenses éléphants sacrés.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :